Les transports en commun à Kyôto, au Japon – Épisode 9

Cléa traverse la rue sous la pluie

Juste après avoir quitté la maison en saluant d’un « Ittekimasu » sa famille d’accueil japonaise, Cléa se dirigea vers la station pour aller au travail dans le centre ville de Kyôto. C’est sous la pluie que Cléa chemina jusqu’à la gare. Elle s’amusait à traduire tout ce dont elle était témoin en japonais : les voitures qui éclaboussent les passants parce qu’elles vont trop vite (車は速いから kuruma wa hayai kara), le fait de traverser la rue (道を渡る michi o wataru), etc. Elle était un peu stressée à l’idée de la journée qu’elle s’apprêtait à passer : son niveau de japonais serait-il suffisant pour s’en sortir ? Prendre les transports en commun au Japon est une chose un peu effrayante…

Cléa arrive dans la station de train

Ce n’était pas grand chose, mais ces quelques phrases la rassuraient ! « La gare… eki ! Le passage à niveau, c’est fumikiri et la pluie c’est… euh qu’est-ce que c’est déjà ? Je ne m’en souviens plus ! Ah si, ame ! » À mesure qu’elle approchait de la gare, la boule qu’elle avait au ventre grossissait… Elle en perdait son japonais !

Cléa prend le métro : Les transports en commun à Kyôto

Ça y est, elle y était ! Elle souffla un grand coup et entra d’un pas décidé dans la gare. Elle ne voulait surtout pas rater son train, ce serait vraiment l’horreur si elle arrivait en retard ! Cléa savait qu’elle donnerait une très mauvaise impression à ses patrons si cela arrivait. Elle se fraya un passage tant bien que mal.

Il y a du monde dans les transports en commun le matin !

La jeune fille s’étonnait de l’ambiance qui régnait dans les rues et maintenant dans la gare… Les gens marchaient dans un flux constant, régulier et un peu triste. Une certaine uniformité voilait cette masse d’inconnus. Comme des fantômes ou des esprits avec un pied ici et un pied ailleurs, les travailleurs japonais s’en allaient pour une dure journée de labeur.

『Suivez Cléa dans la jungle urbaine nippone ! Elle s’apprête à quitter Uji pour se rendre à Kyôto. Armée de son niveau de débutante en japonais, elle ne se laisse pas abattre et trouve son chemin pour prendre les transports au Japon ! Grimpez à bord à votre tour ! Kyoto e iku kippu onegai shimaaaaasu [un billet pour Kyôto, s’il vous plaît !] !』

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA